Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 11:50

En 1879, Hugo a 77 ans. Sa vieille maîtresse, Juliette Drouet, ainsi qu'une partie de ses proches, tente, sous prétexte de préserver son coeur - Hugo a déjà fait quelques attaques mineures - d'éloigner de lui toute activité jugée dangereuse et inconvenante pour un homme de son âge. Mais, comme le souligne Alain Decaux:

« Quand les protections dont on l’accable pèsent trop, il lui reste la ressource de promenades au bois de Boulogne, qu’il baptise d’hygiéniques et qui le sont dans tous les sens du terme. Par deux fois, la police l’arrêtera pour outrage à la pudeur. Naturellement, l’ordre viendra aussitôt d’en haut pour que l’affaire soit étouffée. »

La note qui accompagne ce passage du récit vaut son pesant d'or sur l'action "efficace" des hugolâtres pour faire disparaitre tout élément pouvant amoindrir l'aura de l'idole.

Decaux écrit en effet: « Je tiens de mon ami Didier Bonnet, éditeur, le témoignage que voici, en date du 21 mai 1984 : « C’est le 17 juin 1965 que Raymond Escholier que je voyais souvent alors (…) m’offrit son livre Un amant de génie, Victor Hugo… Après quelques commentaires, Escholier ajouta qu’il avait eu l’occasion, au cours de ses recherches, de mettre la main sur des rapports de police établissant que Victor Hugo avait été, par deux fois, arrêté dans le bois de Boulogne pour « outrage public à la pudeur ». Vous pensez bien, me lança-t-il, que je n’ai eu qu’un seul souci, celui de les faire disparaître. » Devant ma surprise, il poursuivit : « Je ne pouvais faire autrement. Hugo est un Dieu pour moi. Et puis à quoi bon contrister les hugolâtres. Au surplus, je suis très lié avec la famille du poète, mon livre est dédié à son arrière-petite-fille, Marguerite. Un esprit malveillant eût pu faire un sort à ces documents compromettants… Le soir même je les brûlais. Nous n’en reparlâmes jamais. »

J’ajoute que Didier Bonnet m’a précisé qu’il avait noté les propos de Raymond Escholier « à chaud, dans l’escalier du n° 1, rue Bonaparte, tant j’avais été choqué ».

Partager cet article

Repost 0
Published by instantdinstants - dans Les insolites
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de instantdinstants
  • : Instants d'instants est un blog à vocation généraliste abordant des thèmes variés (événements de la vie, actualité, musique, culture ...)
  • Contact


Recherche