Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 11:51

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/47/Michelangelos_Piet%C3%A0_(8504204284).jpg

(Pietà, Michel-Ange, vers 1498/1499)

 

Mon rêve familier, paru en 1866 dans le recueil intitulé "Poèmes saturniens", est sans doute l'un des sonnets les plus célèbres de Paul Verlaine (1844 - 1896).

Souvent présenté comme la transcription des souffrances du poète, amoureux de sa cousine Elisa qui lui a préféré un entrepreneur aisé du Nord de la France, il pourrait tout aussi bien renvoyer à la figure maternelle et très chrétienne de la Vierge Marie (regard des statues, voix lointaine, calme et grave, mission consolatrice...)

De sorte que l'on pourrait tout aussi bien s'interroger sur l'assimilation/confusion entre la femme, la mère et la Vierge chez Verlaine.

 


Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? — Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

Partager cet article

Repost 0
Published by instantdinstants - dans Le poème du week-end
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de instantdinstants
  • : Instants d'instants est un blog à vocation généraliste abordant des thèmes variés (événements de la vie, actualité, musique, culture ...)
  • Contact


Recherche